La création avance et continue de dessiner
les images sous les pas de Gilgamesh,
mêlant mots, oud et saxophone.

L’Epopée de Gilgamesh

Après les résidences de février au Centre Mandapa (75) et au théâtre de La Courte Echelle (26), où accompagnée du regard de Khadija El Madhi,
Stéfanie James a commencé la mise en images des aventures de Gilgamesh, les résidences se poursuivront au Plato (26) pour tisser les mots avec les sons du Oud de Khaled Aljaramani et du saxophone de Lionel Garcin.
Catherine Zarcate a témoigné du premier extrait présenté en public au Centre Mandapa en février 2019 :
« Stéfanie James a réveillé l’antique Sumer et c’était comme si tout devenait contemporain, tant sont fortes les visions qu’elle génère en nous par sa parole.
L’évocation d’Enkidu, originale, forte et sensuelle, joyeuse et d’une magnifique sauvagerie est terriblement séduisante.
J’en ai entendu, des Gilgamesh, mais jamais vu de si près que ce soir-là !
Donner des visions si palpables, c’est du grand art. »
Catherine Zarcate, 9 février 2019